Partages

Il est 18h et Mélanie s’installe autour de la table avec ses enfants. C’est l’heure des devoirs. Elle les presse de sortir leurs affaires, car elle a plein de choses à préparer pour le dîner. Thomas sort seulement une partie des cahiers dont il a besoin.

« Hé bien Thomas qu’est ce que tu attends pour sortir ton cahier de mathématiques. »

« Je n’ai pas de math ce soir »

« Je veux quand même voir ce que tu as fait aujourd’hui en math. J’espère que tu as enfin compris. Avec tout le temps qu’on a passé dessus !»

Thomas sort son cahier à contrecœur. Il n’a pas réussi ses exercices en classes. Il sait que sa mère ne sera pas contente et qu’il peut se préparer à une soirée de remontrances et d’exercices de math.

« Je ne comprends pas que tu n’ai pas pu faire cet exercice. Il était pourtant simple. On en a fait plusieurs du même genre. Tu pourrais faire plus attention. Je te dis toujours de te concentrer davantage ! Tu me dis que tu suis les consignes, mais tout est faux »

Thomas baisse la tête, n’essaye même pas de répondre. Il en veut à sa mère de ne pas le croire quand il dit qu’il est concentré. Quelquefois elle devient tellement en colère à cause de ses résultats scolaire qu’il se demande si elle l’aime vraiment.

Pendant que sa mère continue sa litanie, son esprit vagabonde…Il se voit rentrant de l’école, arrivant chez lui.

« Thomas, c’est l’heure des devoirs, tu veux commencer seul et m’appeler si tu as besoin d’aide ou tu préfères qu’on regarde cela ensemble directement ? »

« Je vais faire ma carte de géographie et ensuite je t’appelle pour les math. J’ai raté mes exercices aujourd’hui. »

Un peu plus tard, Mélanie se retrouve assise à côté de son fils.

« Cette carte de géographie est vraiment détaillée. On peut y repérer les principales villes du département, les fleuves, les différents reliefs. J’appelle cela de la précision. Voyons maintenant ces exercices. Tu as suivi les consignes et je vois que tu as essayé différentes solutions. Il ne te reste plus qu’à bien relire l’énoncé pour voir si un détail ne t’aurait pas échappé, quelque chose qui débloquerait la situation. Qu’est ce que tu en penses ? Et si ça reste coincé, on peut demander au fils de notre voisin de regarder cela avec toi. Tu sais, c’est difficile les math et quelquefois une autre façon d’expliquer nous permet de comprendre plus facilement. »

Le compliment descriptif est un « moteur » pour l’apprentissage. Il donne envie de…

Dans d’autres situations, ce sont des critiques dont nous avons besoin. Même si je suis bienveillante et que j’ai envie que mon enfant comprenne, réussisse, s’améliore, une critique mal faite peut entrainer l’effet inverse tout en étant très blessante. Lorsque je décris ce qui a été fait et souligne ce qu’il reste à faire, cela ne crée pas de blocage chez l’enfant. Il se sent libre de chercher des solutions, de persévérer, seul ou avec une aide.

Pour qu’un enfant s’améliore, il faut mettre l’accent sur ses forces au lieu de le matraquer pour ses points faibles. (Faber et Mazlish)


Exemple d’une conversation entre une mère et sa fille, après sa participation au premier atelier « Parler pour que les enfants écoutent…écouter pour que les enfants parlent »

« Capucine 5 ans prépare avec moi sa liste pour le père noël. Nous écrivons tout ce qu’elle souhaite sans jugement quand arrive son dernier souhait:
– Je voudrais un chaton
(au lieu de lui dire « tu n’y penses pas, ce n’est pas possible » du tac au tac, j’utilise l’habileté de l’accueil du sentiment et du rêve, de l’imaginaire).
– Ah bon, et comment serait ton chaton ?’
– Et bien il serait violet et aurait un diamant dans l’oreille
– ah…

la liste est terminée et la conversation également.
Le lendemain, elle est avec sa grand mère et lui dit: ‘
– Tu sais Manou, j’ai demandé au père noël un vrai chaton mais je sens qu’il ne me l’apportera pas. Alors pourrais-tu lui téléphoner pour lui dire que s’il ne trouve pas un vrai chaton violet avec un diamant dans l’oreille, il n’a qu’à m’en apporter un en peluche… »

Premium Wordpress Themes by UFO Themes